La Nuit du Modèle Vivant, très vivant.

Le 16 octobre prochain, au Palais des Beaux Arts de Lille, se tiendra la 10ème Nuit du Modèle Vivant. Le Campus Créatif de l’Université Catholique de Lille et Pôle 3D , l’École d’animation et jeux vidéo sont partenaires du musée pour cette soirée exceptionnelle réservée aux étudiants. Lors de cette soirée, 10 écoles proposeront 10 approches différentes du dessin d’après modèle. Le Campus Créatif proposera une chorégraphie réalisée par une contorsionniste accompagnée d’une étudiante violoniste. PÔLE 3D proposera un atelier modèle vivant cosplay animé par un spécialiste du Manga. Appréhendez le dessin d’action et la dynamique dans cet atelier au format croissant avec des pauses de 30 secondes à 15 minutes. D’autres surprises vous attendent avec ESmod Roubaix, les Beaux-Arts de Tourcoing… Rendez-vous mercredi dès 19 heures au Palais des Beaux-Arts de Lille pour cette soirée haute en couleurs.

L’occasion nous est aussi donnée de nous replonger dans l’histoire de quelques modèles restés célèbres pour quelques artistes qui ne le sont pas moins.

Lise Tréhot pour Renoir

Lise Tréhot (1848 – 1922) fut modèle et petite amie d’Auguste Renoir entre 1866 et 1872. Elle apparaît dans la plupart des travaux du peintre à cette époque, soit plus de vingt peintures, notamment Lise à l’ombrelle (1867), Les FiancésLe Ménage Sisley et En été (1868). La toile qui lui vaudra des éloges d’Émile Zola n’est autre que Lise à l’ombrelle. On a aussi appris en 2002, secret de famille, qu’elle a eu deux enfants illégitimes de lui, Pierre né en 1868 et Jeanne, née en 1870. Renoir aura trois autres enfants de son épouse légitime, Pierre, Jean et Claude. Le premier, Pierre Renoir, sera acteur. Le deuxième, Jean Renoir, un célèbre réalisateur. Claude Renoir, le dernier, sera céramiste.

Dora Maar pour Picasso

Dora-Maar-minotaure
Dora et le Minotaure (1936) – Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973) – Photo (C) RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Thierry Le Mage

Dora Maar, pseudonyme d’Henriette Dora Markovitch (1907 – 1997), est une photographe talentueuse et artiste peintre française. Dès 1926, elle fréquente l’atelier d’André Lhote où elle rencontre le photographe Henri Cartier-Bresson. En 1935, elle est engagée comme photographe de plateau sur le film de Jean Renoir, Le Crime de monsieur Lange. Paul Éluard lui présente Pablo Picasso en janvier 1936 dans le café Les Deux Magots. Leur liaison va durer huit ans jusqu’en 1943. Égérie surréaliste, muse, amante et modèle de Picasso, elle a joué un rôle essentiel dans la vie du peintre espagnol, rôle qui a longtemps occulté l’ensemble de son œuvre. “Il était mon maître“, déclara-t-elle.

Caroline pour Giacometti

Caroline, de son vrai nom Yvonne-Marguerite Poiraudeau, avait 20 ans en 1958 lorsqu’elle rencontre Alberto Giacometti, de quarante ans son aîné. Elle restera son dernier modèle et et sa dernière passion. A partir de 1960, elle commence à poser pour lui, et continue à poser régulièrement jusqu’à la mort de l’artiste. Giacometti peint au moins trente portraits de Caroline et réalise un buste d’elle en 1961. La série des portraits de Caroline représente le résultat ultime d’un travail intense sur le portrait et sur la représentation du visage.

Lydia pour Matisse

Lydia Nikolaevna Délectorskaya (1910 – 1998) était une collaboratrice russe et une proche d’Henri Matisse de 1932 jusqu’à la mort de celui-ci en 1954. En octobre 1933, Matisse fait le premier portrait de Lydia, à l’estompe. Tout au long de l’année 1935, elle est son seule modèle. Elle est aussi une secrétaire précieuse et l’assistante du peintre, nettoyant ses pinceaux, disposant les instruments, achetant le matériel… Elle réalisera aussi des photographies de la fin de chaque session de peinture.

Gala pour Dali

Gala Dalí est née à Kazan (Russie) le 7 septembre 1894 et morte à Portlligat, Espagne, le 10 juin 1982. Elle a eu pour époux le poète Paul Éluard, pour amant Max Ernst puis s’est finalement mariée avec Salvador Dalí. En 1929, Éluard et Gala rendent visite à un jeune peintre catalan, Salvador Dalí, chez lui, à Figueras. C’est le coup de foudre. Mariés civilement en 1932 (la célébration religieuse n’a lieu qu’en 1958) elle devient l’unique modèle féminin et principal sujet d’inspiration du peintre qui ne cessera de la représenter comme un mythe vivant et une icône moderne. Gala se chargera de gérer les affaires du peintre qui lui avait offert, en 1968, le château de Púbol, en Catalogne, où elle est enterrée à sa mort.

Le 16 octobre 2019 – Palais des Beaux-Arts de Lille – Nocturne
10ème ANNIVERSAIRE de la NUIT DU MODÈLE VIVANT
De 19 h à 23 h. Gratuit. Réservé aux étudiants et -30 ans. Sans inscription

http://www.pba-lille.fr/Agenda/(categorie)/actu-nocturne

Laisser un commentaire